2009 - 30% Tour 100% Choumpi

Samedi 4 Juillet


  Enfin! Nous sommes le 4 Juillet 2009, date du grand départ de Roche La Molière direction Pontarlier. Le premier volet de notre triptyque vers le Tour de France 2013 va débuter après 2 années de labeur intense et fécond !
 

Nous arrivons donc à Pontarlier, lieu de départ de la 1ère étape du 30% Tour 100% Choumpi, la veille de notre première étape qui nous emmènera jusqu'à Verbier en Suisse ! Nous découvrons un superbe gîte qui nous permet de passer une soirée très agréable avec en point d?orgue une bougie pour les 60 ans de Raymond. Un moment de détente avant le grand départ !
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

Dimanche 5 Juillet


Pontarlier – Verbier :208kms
Difficultés : Côte du Rafour – Col des Etroits- Côte de la Carrière – Côte de Prévonloup – Col des Mosses – Col de Verbier
Le lendemain, premier départ, et première interrogation dès les premiers kilomètres, mais que faisons nous là ? Avons-nous perdu la tête, allons tenir l'organisation, allons nous tenir la distance, il faut dire que pour une première, on attaque avec 207 kilomètres !
   

Après quelques balbutiements au niveau de l?orientation et quelques kilomètres parcourus enfin le ravitaillement de midi, on l'attendait avec impatience car les organismes sont mis à rude épreuve dans cette étape de moyenne montagne qui comme mise en bouche est bien assez difficile avec 4 cols en 3ème catégorie, 1 en 2ème!
   

L'esprit est bon enfant et la sauce a bien pris entre les Choumpi et leurs nouveaux compagnons de route !
La fin d'étape arrive et les premiers écarts se creusent, il faudra un véritable esprit de groupe pour que tout le monde arrive au pied de la difficulté du jour, la montée vers Verbier.

    Un petit groupe composé de Paco, Fab, René et Tatch prend qq centaines de mètres d'avance à partir du tunnel. C'est alors que Tatch décide de durcir un rythme déja intenable. Après 210 km de route, les dégats sont  irrémédiables. Il lâche tous ces poursuivants d'autant que Paco choisit de crever à ce moment.
   
C'est donc au compte goutte que chacun attaque cette montée en 1ère catégorie. Les pourcentages ( 8.8 kilomètres à 7.1% de moyenne ) font mal à des jambes déjà bien fatiguées. Epuisé, Coco abandonne à seulement à trois kilomètres de l'arrivée ! Fred G. manque même de faire tomber René en voulant lui serrer la main.
   
Fin d'étape réussie et pleine d'émotion malgré une allure nettement inférieure à celle de Contador quelques jours après. Nous rejoignons ensuite notre ville étape, la ville de Martigny, Paco et Fab, non content d?avoir parcouru l'intégralité de l'étape s'y rendront en vélo, hélas la pluie gâchera leur bonheur !
   
Martigny sera le lieu d'une courte soirée car la fatigue est bien là, mais non n'oublierons jamais cet endroit et ce dortoir si particuliers !

Lundi 6 Juillet


Martigny – Bourg St Maurice : 160kms
Difficultés : Col du Grand St Bernard – Col du Petit St Bernard

Nous partons ce matin-là pour une étape Alpestre pas très longue mais très dense avec en entrée le col du Grand Saint Bernard, 24.4 kilomètres à 6.2% de moyenne. Le col est roulant, le début de la montée se fait groupé mais dans les derniers kilomètres, les coureurs se dispersent un peu partout dans une montée aux magnifiques paysages !
   
Le col franchi, nous basculons en Italie, et là c'est le début d?un long calvaire, la route est un véritable champ de mine car les travaux de réfection de la chaussée sont très loin d'être finis, et au lieu de prendre du plaisir après une difficile ascension, nous descendons les mains sur les freins avec des crampes aux mains! Ce col aura d'ailleurs raison de Fred G qui victime d'une tendinite ne terminera même pas la descente !
   
Le peloton profitera de la fin de la descente et du replat pour se refaire un petite santé avant d'attaquer la deuxième et dernière difficulté du jour avec le col du Petit Saint Bernard, 22.6 kilomètres à 5.1% de moyenne. Pour le gros du peloton, ce col sera le moyen de se jauger et de se faire plaisir en finissant le col presque au sprint ! Seul Jacky finira sur un train de sénateur et profitera même de la descente pour admirer le paysage et regarder les horaires des remontées mécaniques !

Pour cette deuxième étape personne n'ira plus loin que la ligne d'arrivée fort heureusement car notre gîte est caché bien au dessus de Bourg Saint Maurice !
    Un gîte très sympa avec une grande cuisine équipée qui nous permettra de bien manger et dormir afin d'aborder la GROSSE étape du défi avec pas moins de 5 cols dans les meilleurs conditions possible !
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

Mardi 7 juillet


Bourg St Maurice – Le Grand Bornand : 169kms
Difficultés : Cormet de Roseland – Col des Saisies – Côte d'Araches – Col de Romme – Col de la Colombière

Le Cormet de Roselend nou est propose en guise d'échauffement. La route sera sèche jusqu'à mi-pente où les 1ères gouttes de pluie quotidienne font leur apparition. Raymond a des fourmis dans les jambes et prend la poudre d'escampette, alors que le reste de la troupe préfère se caler dans la roue de l?expérimenté André. Fab et René accélèrent légèrement avant le sommet et le peloton sans Jacky distancé suit dans la foulée.

La descente du Cormet se fait dans le froid, le brouillard, puis la pluie, ce qui fait qu'arrivés à Beaufort nous somme transis et presque heureux d'attaquer un nouveau col qui va nous permettre de nous réchauffer. Ce 2nd col de la journée est donc celui des Saisies et se grimpe à nouveau à un rythme lent et raisonnable, sauf pour Raymond qui a décidé de faire l'étape en tête.

La descente vers le vallée de l'Arly se passe sans encombre, si ce n'est pour les fesses de Tatch qui sont en sang et le contraignent à l'abandon à Flumet. Le ravitaillement a lieu à Megève. Le jambon-beurre vite avalé, les "rescapés" se remettent en selle pour une longue descente vers Sallanche. Malheureusement, un gros orage s'abat sur nous ; l'orage de trop pour Raymond qui abdique à la grande surprise du groupe. Une énième zone de travaux mal négociée éparpille les cyclistes et les accompagnateurs dans la Côte d'Araches, coupée à la circulation automobile et qui nous est donc réservée.

La fin d'étape devient à ce moment le calvaire tant redouté depuis la présentation du Tour fin octobre. La traversée de Cluses qui s'ensuit à une course d'orientation pour les cyclistes alors que les suiveurs sont aussi égarés. Ce n'est que dans le col, ou plutôt dans le Mur de Romme que l'assistance reprend ses droits, et après que René eut laissé une manche de son coupe vent dans ses rayons.

Fab, dopé par toutes ces péripéties supplémentaires et non prévues au programme, prend la poudre d'escampette, et ce jusqu'à Annecy puisque trempé jusqu'aux os, il n'aura pas le courage d'attendre ses partenaires sur la ligne d'arrivée du Grand Bornand.

Pour Loulou et Jacky, l'enchaînement Col de Romme, Col de la Colombière, pluie, froid et vent de face, sera fatal. Au final, et après une crevaison de René, seul ce dernier, André, Paco, et Coco trouveront les forces physiques et morales pour se joindre à Fab au palmarès de cette étape dantesque.
La vaste salle de Gym d'Annecy le Vieux, lieu d'hébergement somme toute très accueillant et confortable, nous permet de passer une nuit réparatrice, bien qu'agrémentée de ronflements en stéréo et crescendo.

Mercredi 8 Juillet

   
Annecy – Annecy : 40kms
Difficulté : Côte de Bluffy

Ce matin, nous sommes joyeux. La pluie a cessé de tomber pendant la nuit, et l'étape du jour est une formalité: un contre-la montre de 40 kilomètres autour du Lac d'Annecy.

Quoi de mieux qu'une telle étape pour se remettre de l'étape de la veille !

Un paysage somptueux, mais nous allons devoir emprunter la route qui en cette période estivale est bien chargée ! Quelques kilomètres après le départ la pluie refait son apparition et coupe le groupe en deux, car la grosse majorité du groupe a décidé d'attendre l'accalmie pour repartir au sec alors que les plus courageux (fous?) ont pris le large afin de mener tambour battant un exercice que nous n'avons jamais pu tester. Cette pause rend inconfortable le travail de l'assistance qui doit alors attendre un long moment le gruppetto avant de se décider à faire demi-tour pour les retrouver.

A noter qu'aujourd'hui notre Jé a profité du toujours convalescent Fred Genco pour monter sur le vélo et à la surprise générale il se retrouve à sucer la roue des plus rapide de l'étape. L'assistance, elle, ne parvient pas à revenir sur le groupe de tête sauf sur Jé qui malheureusement à crevé juste au pied de la première côte à Talloires !
   
Après une réparation faite au plus vite et sous la pluie, tout se petit monde repart de l'avant et c'est donc après la ligne d'arrivée que tout le monde se retrouve! Lance a réglé tout le monde en finissant à plat. Tatch le talonne mais lui et Paco avait choisi une mauvaise route et avait donc perdu qq hectomètres.
   
A noter que Cyril à choisi lors de cette étape de faire un vol plané sur la voiture d'un japonais ou chinois. Il s'en sort sans égratignure mais avec une grosse frayeur.
   
A l'issu de l'étape, nous profitons du décor pour manger au bord du Lac, Jacky en profite pour donner à manger au pigeons. Nous prenons la route de Bourgoin-Jallieu, trajet oh combien difficile pour certains qui tombent comme des mouches.

Nous arrivons frais et dispo au CFA BTP de Bourgoin ou nous sommes accueillis comme des rois par le gérant qui nous installe dans des chambres très confortables, des douches pour tout le monde.

Le top! Certains prennent le temps d'aller faire une pétanque et même pour un frustré de vélo (Fred G) de reprendre le rythme en se concoctant une petite sortie d'entrainement !

L'heure du repas arrivant nous sommes conviés à table et nous avons droit à un service à volonté !
Les chambres sont confortables mais malheureusement occupées par des moustiques affamés qui nous dévorent toute la nuit... Oh les têtes au réveil ! La journée sera dure !

Jeudi 9 Juillet 

   
Bourgoin Jallieu – Aubenas : 178kms
Difficultés : Côte de Culin – Côte de la Forêt de Chambarans – Col de l'Escrinet

Nous reprenons la route dans la bonne humeur après un petit déjeuner du tonnerre ! Le beau temps est là et cette étape de transition est l'occasion pour nous tous de rouler en peloton.

La côte de Culin et la côte de la forêt de Chambaran difficultés classées en 4ème catégories sont escaladées sans problème par tous les amateurs. Tous sauf un!  Ce début d'étape est marqué par l'abandon de Paco qui se ressent une gastro bien malvenue. Fab et Tatch qui l'avaient attendu se ruent alors à la poursuite du peloton. Sans assistance et roulant parfois à 65 km/h, ils finissent non pas par rattrapper le reste du groupe mais par le doubler à la faveur d'une grosse erreur d'aiguillage des accompagnateurs. Les deux compères se trouvent à attendre la troupe une demi-heure. Ils voient arriver les cyclistes accompagnant un Loulou touché à une hanche, la faute aux rainures de la route. Décidément !

La pause repas est l'occasion pour lui de panser ses plaies mais ne lui évite pas un redémarrage très dur. Il rejoins tout de même le pied de la difficulté du jour, le col de l'Escrinet, classé 2ème catégorie ( 14 kilomètres à 4.1 %) avec ses équipiers. Une fois le sommet franchi par l'ensemble des cyclistes, nous fon?ons vers Aubenas sur un billard à 4 voies sous une température estivale !

Une fois la ligne d'arrivée franchie par chacun d'entre nous prenons la route pour rejoindre Montélimar, point de départ de la dernière étape de notre défi et lieu de couchage par la même occasion !

Nous logeons en haut d'une tour dans un quartier pas très accueillant mais la qualité de l'hébergement est bonne et nous passerons une bonne nuit avant de prendre la direction du Géant de Provence !
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

Vendredi 10 Juillet : 


Montelimar – Ventoux : 167kms
Difficultés : Côte de la Citelle – Col d'Ey – Col de Fontaube – Col des Abeilles – Mont Ventoux

Au petit matin, nous quittons notre cité avec l'envie farouche d'en découdre avec le géant de Provence, point final du défi. Le début d'étape avec la côte de Citelle classé en 3ème catégorie est l'occasion de se chauffer en peloton, les cinquante premiers kilomètres se font à un bon rythme.

Loulou malgré sa chute de la veille s'accroche comme il peut et nous l'aidons à rester dans les roues. C'est Tatch qui à la surpise générale rejoint Paco encore souffrant dans le véhicule. La peau des fesses à vif, il ne pouvait plus rouler qu'en danseuse depuis une heure. Il abandonne en sanglot dans la dernière étape, certainement la plus belle et importante.

Le col d'Ey ( 3ème catégorie ) puis le col de Fontaube ( 4ème catégorie ) sont l'occasion pour certains de faire chauffer les muscles en prévision de la fin d'étape qui se profile à l'horizon ! Nous tournons autour de ce géant et nous ne savons pas qui de l'excitation ou du stress commence à prendre le dessus entre le fait de terminer le défi ou d'aller défier ce col hors catégorie !

Nous essayons de rouler le plus possible en groupe mais les derniers contreforts avant Sault les arrivées se font par petit groupes !
   
Un regroupement à Sault sert de pause de midi ! Nous reprenons des forces tout en jetant un oeil sur ce Ventoux qui nous surveille de loin ! Avec un petit Ciz qui a 73 km au compteur, le groupe reprend sa marche en avant, gravissant déja le Col des Abeilles dernier avertissement avant le Mont Ventoux!
   
Après une descente au ralenti, la faute à un vent très dévaforable, nous arrivons au pied du Géant! Si les premières centaines de mètres sont digestes, la pente devient vite très raide,notamment au moment où on attaque la forêt !
   
Transcendés, ou affutés, certains gravissent le Géant de Provence à une allure vertigineuse tandis que les autres bloquent face aux pourcentages énormes! Loulou, affecté par sa chute de la veille, finit au courage sous les applaudissements ! Coco au bord de la rupture trouve un compagnon de fortune au Chalet Reynard. C'est Fred, terrassé par sa tendinite, à deux doigts d'abandonner au Chalet mais dont l'envie d'en découdre et de finir à deux lui permettent d'aller au bout !
   
Au sommet, tout le monde se congratule et profite du paysage magnifique qu'offre cette arrivée mythique, ?a y est le défi est fini! C'est une belle réussite pour cette première édition des Choumpi Tour !
    Direction donc Gigondas où nous allons passer notre dernière soirée ensemble et fêter dignement notre défi.

Rendez-Vous en 2011 !